Une journée inoubliable sur le plateau des Bolovens
Laos, Paksé

3 jours de vadrouille en moto à travers le plateau des bolovens est un passage obligé au Laos. Entre moments de solitude, cascades et rencontres insolites des ethnies, ce détour ne vous laissera pas indifférent.

S’y rendre entre octobre et avril.

12825235_991998197515301_1672491217_n (1)


SE RENDRE A PAKSE


  • De Louang Prabang à Paksé : 34€, 1000km et 24h de bus couchette séparent la sublime ville de Louang Prabang  à Paksé, du nord au sud du Laos, avec une escale à la gare routière de Vientiane. Faites le ratio, vous comprendrez qu’ici on ne roule pas vite. 1h15 en petit avion sinon.
  • De Vientiane à Paksé : 20€, 14h de bus.
  • De Paksé à Champassak : 20Km et 30 minutes en scooter sinon des minibus s’y rendent.
  • De Paksé aux 4000 îles : 6€ et 3h de bus

DÉPART, DIRECTION LE PLATEAU DES BOLOVENS


Je quitte ma chambre légèrement décrépit surnommé « OO » (soit le nom de l’hotel de L. Dicaprio sur Bangkok du film « la plage ») et j’embraye le scooter 125 à vitesse manuelle . Le petit sac à dos sur les épaules, un poncho, de quoi passer quelques nuits dans les bungalows et le casque obligatoire, méfiez vous des nids de poule au Laos.

Location d’un scooter sur Packsé : 60 000 kips, 6 €uros par jour


UNE CENTAINE DE KILOMETRES ENTRE PAKSE ET TAD LO


Le soleil brûle en ce mois de janvier. Les tracteurs et charrettes remplies de pastèques, de paniers, rythmes la balade. Des stands de fruits et légumes bordent les routes.

LES CHUTES ET LES CASCADES…

tdmlaos_995

Au loin des montagnes, de la verdure. Aux kilomètres 35 et 38, de jolies chutes nommées Tad Itou et Tad Fane et un panorama au milieu de cette immense forêt. Puis une troisième cascade, celle de Tad Yuang, plus charmante et parfaite pour se rafraîchir en compagnie de petits laotiens (cette chute rappelle celle de la lézarde en Guadeloupe).  Sur la parking, un restaurant bon marché et super bien aménagé, le seul hic, ce sont les grosses araignées qui funambule au dessus de ma tête durant le repas, je m’y accommode tant qu’elle ne tombe pas dans la soupe.

13h, il faut sortir le poncho, le ciel me tombe sur la tête. Quelques abris : chez l’habitant puis dans une station essence en bonne compagnie; la bonne humeur laotienne est contagieuse, de quoi réchauffer les cœurs. Le jeune homme propose un thé pour 2 tips (0.2€), étonné de voir un français en poncho complètement trempé et congelé.



LES PLANTATIONS DE CAFE, LES ETHNIES ET LE SOURIRE DES ENFANTS…

tdmlaos_1140

Bientôt la pluie s’arrête pour laisser passer les rayons du soleil. Sur les bas côtés, les petits laotiens jouent dans les flaques d’eau et s’amusent à m’éclabousser. A chaque rencontre, difficile de ne pas s’arrêter. Mille et un sourires et quelques mots en anglais. Je leur donne le peu que j’ai dans mon sacs à dos, des crayons.


tdmlaos_1226


15h, le ciel a retrouvé sa couleur azur, les plantations de café bordent la route. j’en profite pour découvrir le jardin de café d’un producteur laotien, la végétation est luxuriante ici et on y déguste plusieurs variétés de café, le café « sweet arabica » y est délicieux. Ce café est cultivé ici depuis un siècle et depuis 2009 il est labellisé « biologique et commerce équitable« .

C’est plein de caféine dans le sang que je découvre le plateau des Bolovens. Deux heures fantastiques sur le deux roues, seul au monde, à travers les villages des ethnies Katu, Tahoy, Ngaï et Alak et ce jusqu’au coucher du soleil. Je suis même invité à caresser un éléphant qui se repose dans un « jardin ».

Découvrir ces modes de vie nous ramène bien loin dans nos bouquins d’histoire. Chaque village est une vraie communauté, les enfants jouent tous ensemble aux billes (avec des grains de café), à courir après les cochons, au foot… Pour la douche ils utilisent la pompe à eau en bord de route, les uns pompent les autres se douchent et vis vers ça. S’en est même un peu délicat de passer à ce moment là mais ils ne semblent pas très pudiques ici. Des tracteurs de familles entières défilent, ils travaillent tous ensemble et dès leur plus jeunes ages.

Ils semblent heureux et en paix ici malgré la dureté de la vie.


tdmlaos_1203


C’est après une journée à errer sur mon deux roues et complètement émerveillé que je me mets à table en compagnie d’une famille de laosiens au bord de la rivière de Tad Lo. J’ai donc posé mon sac dans un bungalow bien sympa pour 3€ la nuit (sans résservation), le sailomyen guesthouse.


TIPS DU JOUR :

louez un scooter et partez 3 jours à l’aventure sur le plateau des Bolovens. La route est assez simple à trouver et vous trouverez forcément un endroit où dormir sur Tad Lo



Vos commentaires

[…] A bientôt dans le sud du Laos… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *