Le Thai Boxing au Lumphini stadium, du délire
Thailande, Bangkok

Rendez vous au Lumphini Stadium de BANGKOK pour un SPECTACLE DE FOLIE au milieu de cette mythique arène. Sacré dans la culture Thaï, le MUAÏ THAÏ propose des combats à donner des frissons même aux habitués des sports de combats.

S’y rendre toute l’année. Côté météo, se rendre en Thailande entre décembre et mars

INFOS SUR LE NOUVEAU LUMPHINI STADIUM

  • Stade de Muy Thai ou Thai Boxing de 8000 places
  • Adresse du Nouveau Lumphini Stadium : 6 Ramintra Road, Bangkok
  • 3 matchs par semaine
  • Durée du tournoi : 3h minimum
  • Prix : comptez 2000 baths soit 50 euros, bien placé

129-27-bangkok_thaïlande

COMMENT PRENDRE SA PLACE ?

L’idéal est de prendre sa place directement au guichet du stade mais il est difficile d’être certain d’avoir une bonne place à votre arrivée.

J’ai booké mon billet au sein d’un hotel sur Kao San Road pour 50 euros, le prix affiché sur les sites internet.

Evitez d’acheter vos tickets aux jeunes rabateurs dans les rues qui prennent de sacrés marges.

UN NOUVEAU LUMPHINI STADIUM, COMMENT S’Y RENDRE?

L’ancien et mythique stade (3500 places) a malheureusement fermé ses portes le 7 février 2014 après 57 ans de combats. Celui-ci était accessible en métro.

Le nouveau Lumphini Stadium est bien plus moderne et peut accueillir 8000 spectateurs, autant dire que l’ambiance est tout aussi électrique… même si on peut regretter les ventilateurs et l’ambiance « kickboxer » qui y régnait.

Le stade est moins accessible vous devrez  prendre le taxi depuis le centre de Bangkok en direction de l’aéroport Don Muang, une heure pour y aller en moyenne depuis le centre de Bangkok. Ou, pour les plus patients, prendre le bus 26 ou 95.

 

Mon récit dans l’ancien Lumphini Stadium, un rêve de gosse

129-23-bangkok_thaïlande

Me voilà devant le mythique stade de boxe Thailandais, le plus connu au monde où tous les fans de cette discipline rêvent d’y voir un match comme mon voisin de spectacle, Medhi. 


D’extérieur, je me suis demandé si ce stade n’était pas en faite un vieil entrepôt décontaminé tout en taule en guise de lieu de rencontre sportive. 
Une fois à l’intérieur le décor est planté et ma première impression a bien changé : l’endroit semble avoir beaucoup de vécu, ce n’est pas très grand, tout de même 3500 places. Il y a trois niveaux : en haut des tribunes où l’ambiance est la plus folle paraît il, c’est ici que les paris se font (qui finissent parfois en bagarre), dans le bas des tribunes, des places proche du ring, VIP. J’ai donc opté pour l’option VIP à trois mètres du ring et les placeuses m’y emmènent, ce sont les sièges sur lesquels se sont installés Van Damme, Seagal, Nicolas Cage, et probablement Bruce Lee et d’autres grands professionnels. C’est le côté « people » du sport…

Le programme annonce 3h30 de combat et 10 matchs professionnels. Les noms me paraissent inconnus et illisibles. Les Thaïlandais eux les connaissant très bien et les cris d’encouragement font trembler l’enceinte.
Après un moment de silence exigé et une première démonstration de Mouy Thaï assez costaud, deux thaïlandais rentrent sur le ring accompagnés de leur équipe respective. Une musique retentit et le rituel du Wai-khru exécuté avant chaque combat commence. Chacun dispose d’une « couronne » sur la tête et enlève son peignoir puis contourne les quatre coins du ring en priant puis procède enfin à une lente danse Thaï ; ils sont très concentrés c’est impressionnant.

Les tambours retentissent lentement et le combat débute. 


Dans ce sport où tous les coups sont permis (sauf mordre et tenir la tête lors des coups de genoux), les coups ne se font pas attendre. Frapper la tête de l’adversaire avec le pied marque plus de points, les coups de genoux, dans le ventre ou de coude dans la figure sont aussi très convoités par le public et le jury.

129-14-bangkok_thaïlande
Dans chacun des matchs et après trois rounds, les tambours s’accélèrent, la tension s’intensifie, on a l’impression qu’ils se sentent pousser des ailes, les coups ne leur font plus rien, le sang qui coule sur le corps les laisse indifférent, ils ne reculent plus, ils se battent comme des tigres. Rendu à ce stade du duel, le public est en extase et les paris suivent, les passionnés émettent des cris du style « di » (bats toi!); chaque combattant comprend vite vers qui se dirige les votes. 

Le Muy Thaï : un sport de très haut niveau


Des jeunes de quinze à trente ans environ se sont représentés lors de ce championnat. Pour chacun d’eux, combattre dans cette arène est un accomplissement, y gagner des matchs : un rêve, c’est pourquoi on voit les plus jeunes mettre en avant tout leur talent, ils ne s’arrêtent jamais, ils sont impressionnants de puissance et de souplesse. Nous assistons même à deux chaos.

Derrière tous ces enjeux et cette lutte acharnée on y voit beaucoup de respect. D’après mes voisins amateurs de Boxe Thaï, ils s’entraînent dès l’âge de 5 ans, tous les jours. Ils sont tenus à une discipline exemplaire et consacrent toute leur vie pour pouvoir se représenter sur les rings du Lumphini et de Ratchadamnoen de Bangkok.

Ils nous ont offert un grand spectacle et tellement d’excitation qu’on retournera vite les encourager au nouveau Lumphini stadium.



Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *